Accessibilité : l’innovation technologique au service des malvoyants

Dans son nouveau numéro, À vous de voir, le magazine d’information et de sensibilisation à la déficience visuelle, nous plonge au cœur de la Lighthouse de San Francisco. Ce centre de réflexion autour des nouvelles technologies travaille à améliorer l’accessibilité de services pour faciliter le quotidien des personnes aveugles ou malvoyantes. Avec un maître-mot : l’innovation.

« La relation entre la cécité, le handicap et la technologie a toujours été très intime. Plus encore que les personnes valides, les personnes handicapées ont toujours eu recours aux technologies pour les aider à faire ce qu’elles veulent. » Comme le rappelle le Dr. Joshua Miele, connu notamment pour avoir développé le logiciel de la sonde Mars Observer de la Nasa, l’utilisation créative et intelligente de la technologie a pu ouvrir de nombreuses portes aux déficients visuels. Et leur faciliter ainsi l’accessibilité à bon nombre de domaines, grâce à l’innovation.

Dans le but de réfléchir à de nouvelles innovations, ce chercheur de renom aveugle a initié en 2011 le Lighthouse Labs au sein de la Lighthouse située à San Francisco dirigé par Bryan Bashin. Fondée en 1902, cette association promeut l’indépendance, l’égalité et l’autonomie des personnes aveugles ou malvoyantes. Elle propose des formations et des services pertinents tels que l’accès à l’emploi, à l’éducation, aux loisirs et aux transports.

Ainsi, le Lighthouse Labs est un espace de réflexion qui réunit des ingénieurs, des scientifiques et des utilisateurs aveugles ou malvoyants. Il conseille les startups, les développeurs sur les différents aspects de la conception d’applications, de périphériques et de logiciels destinés aux personnes déficientes visuelles.

L’innovation pour faciliter le quotidien

Passerelle entre le monde high-tech de la Silicon Valley et les malvoyants, le LightHouse Labs a travaillé sur de nombreux projets qui répondent à des besoins réels. Par exemple : un plan de transports en commun tactile et interactif, une version tactile de Google Maps ou le logiciel Be My Eyes. Ce dernier permet de mettre en relation une personne voyante volontaire et une non-voyante via une connexion vidéo en direct. La première peut alors lui venir en aide dans certaines tâches du quotidien, comme lire la notice d’un médicament.

En 2014, la LightHouse a contraint l’entreprise Redbox à améliorer l’accessibilité de ses quelque 3 600 kiosques de location de films et de jeux vidéo en Californie. Les utilisateurs en situation de handicap peuvent désormais parcourir, sélectionner et renvoyer des films avec des écouteurs et une interface de synthèse vocale.

Claudine Colozzi / Faire-Face




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils