La Corée du Sud, une impulsion nouvelle pour la BAD

La 53ème Assemblée Annuelle de la Banque Africaine de Développement vient de prendre fin ce vendredi 25 mai à Busan en Corée du Sud. Accélérer l’industrialisation de l’Afrique, c’était le thème de ces 5 jours de réflexions et de travail. Et pour mieux illustrer ce thème, la BAD a choisi de faire de déplacement hors d’Afrique pour s’imprégner de l’expérience Coréenne. En un demi-siècle, la Corée est passée de pays pauvre, à la 11è puissance économique mondiale.

 

C’est donc à Busan, à 2 heures de TGV de la capitale coréenne, Séoul, que près de 3000 dirigeants se sont réunis pour débattre des moyens d’accélérer l’industrialisation de l’Afrique. Parmi ces dirigeants, le président de la Banque Mondiale, le coréen Jim Yong Kim a fait le déplacement pour la circonstance. Surtout qu’au menu de cette Assemblée annuelle, il était surtout question de l’augmentation du capital de la BAD.

 

La BAD a beaucoup investit ces dernières années en Afrique, et pour ce faire, l’institution a dû emprunter environ 10 milliards de dollars, en 2016-2017. Pour se doter de moyens financiers à la hauteur de ses ambitions sur le continent, la BAD a besoin de nouveaux capitaux. Et la rencontre de Busan a entériné le principe d’augmentation de capital. Il faut noter qu’en 2010, sous la présidence du Rwandais Donald Kaberuka, la BAD avait déjà obtenu une augmentation de capital qui avait permis à l’institution de tripler son capital. Mais certains actionnaires non africains de la BAD ne sont pas du tout favorable à une nouvelle augmentation. Les gouverneurs qui ont donc donné leur accord pour la constitution d’un comité consultatif, débuteront dès octobre 2018, les premières négociations. Le président de la BAD, le Nigérian Akinwumi Adesina attend beaucoup de ces consultations pour redonner un souffle nouveau à la BAD.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils